La ravaudeuse de souvenirs | Léa Deligey | OAI13 : Culture Photo et société

La ravaudeuse de souvenirs | Léa Deligey

26 août 2014 |  by  |  Posts

L’été arrive à sa fin et nos semaines éditoriales reprennent dès lundi prochain. Cette semaine du 25 août est un peu particulière pour l’équipe d’OAI13 car elle inaugure notre première année d’existence en tant que webmagazine. Alors, pour vous remercier d’être aussi assidus depuis un an, cette semaine nous publions une sélection de portfolios que vous nous avez envoyés via notre formulaire. On vous souhaite une belle fin d’été.



deligey_1 ok

Léa Deligey se décrit comme une ravaudeuse de souvenirs. En effet, à partir de photographies anonymes, sans contexte ni propriétaire, elle crée une histoire, inventée de toutes pièces.

| Toutes les images : © Léa Deligey

Avant de commencer la photographie, Léa Deligey collectionnait déjà des photographies anonymes. À force de les regarder, elle s’est prise à leur imaginer une histoire. « Ces photographies, qui ont travers le temps physiquement, n’ont cependant pas survécu à l’oubli. Depuis, leur mémoire est muette. Leur inventer une histoire, c’est ma façon de les faire renaître, leur octroyer une seconde vie » explique l’artiste.



deligey_8 ok

Pour réaliser ses images, Léa Deligey a mis en place un procédé bien précis. Après avoir réalisé ses mises en scènes, elle les capture avec son reflex numérique. Elle imprime ensuite son image sur un papier d’impression classique en couleur puis en noir et blanc. Elle trempe ensuite sa version couleur dans un bain de produits chimiques (eau de javel et autres) qu’elle superpose à sa version noir et blanc. De cette superposition, elle en prend une photographie. « C’est ainsi que j’obtiens ce rend pictural que je recherchais pour cette série » explique Léa. « Je souhaitais obtenir un rendu imprécis, qui évoque l’imaginaire et l’invoque à son tour » conclue-t-elle.



deligey_7 ok


deligey_6 ok


deligey_5 ok


Toutes les photographies n’ont pas le même destin.

Il y a les photographies anonymes, promises à l’abandon puis à l’oubli.

Les images traversèrent le temps physiquement, mais leur histoire à chacune s’est perdue en chemin.

L’oubli a tout recouvert, et depuis la mémoire est muette.

Orphelines du temps, je les ai adoptées.

Alors, je m’invente des histoires, tente de les faire renaître, en créant un écho amplifié par mon imaginaire…




deligey_4 ok


deligey_3 ok

Découvrez d’autres travaux de Léa Deligey sur son site : http://www.leadeligey.com



deligey_2 ok



La Rédaction

Cet article vous est proposé par l'ensemble de la rédaction !

LIVRE | La France photographiée par Antoine Gonin

LIVRE | La France photographiée par Antoine Gonin

27 novembre 2014

Depuis Etretat jusqu'à la Corse, de la Pointe Bretonne à la Provence, Antoine Gonin a parcouru l'Hexagone pendant huit années... Lire

Surveillance d'État : Trevor Paglen rend visible les sites secrets américains

Surveillance d’État : Trevor Paglen rend visible les sites secrets américains

27 novembre 2014

L'oeil de Trevor Paglen n'est pas simplement celui d'un photographe : il est aussi celui d'un géographe, d'un scientifique et... Lire

Revue Web | 26.11.14

Revue Web | 26.11.14

26 novembre 2014

Une sélection d'articles pour vous ouvrir quelques perspectives, et ce, tous les jours. Rencontre avec Josef Koudelka Josef Koudelka ouvre une nouvelle... Lire