La photographie de mariage au Polaroïd | OAI13 : Culture Photo et société

La photographie de mariage au Polaroïd

31 mars 2014 |  by  |  Posts
Cet article fait parti du dossier de la semaine du 31.03.14 : La renaissance du Polaroïd

Alors que le métier de photographe de mariage a connu une explosion avec l’arrivée du numérique, il prend aujourd’hui une tournure plus artisanale et vintage grâce à des photographes qui se passionnent pour le film et, surtout, le Polaroïd.


Un goût du vintage

Évidemment, la tentation serait d’expliquer cette nouvelle tendance par la mode du vintage. Oui, cette mode qui a remis la Lomography au goût du jour et popularisé les filtres Instagram, a également poussé certains photographes à proposer une offre « vintage » dans leur pack mariage. Le studio de Jacob Murphy, basé à New York et San Francisco précise : « L’offre vintage est une option fantastique pour les couples qui apprécient le caractère nostalgique et original de la photographie au film. Après avoir fouillé dans les friperies et les marchés pendant des années, nous avons constitué une collection d’appareils Polaroïd et argentiques qui captureront votre mariage comme aucun autre appareil numérique. Ces photographies au film sont prises quand l’instant décisif arrive et que le temps s’arrête de filer quelques instants. » Pour ce studio, le vintage intervient clairement comme un argument commercial. Mais pour d’autres, il faut aller beaucoup plus loin. Faire photographier son mariage au Polaroïd n’est plus une question de mode mais plutôt le reflet d’un mode de vie : le retour au naturel.

Ashley Oostdyck

© Ashley Oostdyck

Ashley Oostdyck

© Ashley Oostdyck

Un retour au naturel

Les photographes Liz et Will Knowles prônent ce retour au naturel. Sur leur site « She & Him weddings« , le couple déclare : « Votre mariage mérite le travail d’un artisan. (…) Nous nous engageons pour une photographie non traditionnelle empreinte de simplicité et de beauté naturelle. » Les photographies semblent sortir de l’album photo de nos grands-parents et pourtant, elles sont bel et bien actuelles. Les photographes au Polaroïd vendent peu d’images, quelques dizaines grand maximum. Ils tentent de faire comprendre aux jeunes mariés que seul 10 clichés peuvent sublimer le souvenir leur mariage.

Liz et Will Knowles

© Liz et Will Knowles

Liz et Will Knowles

© Liz et Will Knowles

L’attrait de l’instantané

Mais au-delà encore des avantages esthétiques du Polaroïd, la photographie instantanée a un dernier atout qui concurrence tous les autres styles photographiques : l’interactivité. Bien sûr, on ne parle pas d’interface digitale ou de réalité augmentée. Non, on parle de l’interaction entre le photographe et les couples photographiés. La photographie instantanée a ce charme de faire apparaître une image de façon magique, et ce processus est visible par le client. Certains photographes créent des animations autour du Polaroïd : réalisation d’un book costumisé par les invités, affichage des photos au fur et à mesure de la soirée… Porteurs de convivialité et d’échange, les photographes de mariage au Polaroïd mettent en avant ce rapport privilégié qu’ils entretiennent avec leurs clients. Le studio Chellise & Michael Photography explique sur leur site internet : « Devenir amis avec les couples que nous photographions est l’un des cadeaux les plus chers que nous obtenons en tant que photographes. Nous croyons sincèrement que c’est ce qui rend nos photos authentiques. (…) Nous souhaitons apprendre à nous connaître et nous espérons que vous ferez de même. »

Chellise et Michael Photography

Chellise et Michael Photography

Le retour au Polaroïd en photographie de mariage n’est pas seulement un effet de mode. Les prestations sont souvent vendues en complément de photographies au  film. Bien sûr, l’attrait pour le vintage est un facteur incontournable. Mais face à l’industrialisation de la photographie de mariage au numérique, aux centaines de photos, au non professionnalisme de certains et aux mauvaises surprises, certains couples préfèrent les aléas, les surprises et l’échange que créent la photographie instantanée.


Cet article fait parti du dossier de la semaine du 31.03.14 : La renaissance du Polaroïd
Molly Benn, Rédactrice en chef

Molly Benn a co-fondé OAI13 en septembre 2013. Elle est rédactrice en chef du webmagazine. Sur twitter : @MollyLyy

Les Rohingyas, cette minorité musulmane persécutée en Birmanie

Les Rohingyas, cette minorité musulmane persécutée en Birmanie

2 septembre 2014

Du 30 août au 14 septembre 2014, à Perpignan, le festival international du photojournalisme Visa pour l'Image expose le travail... Lire

PORTFOLIO | Clementine Schneidermann sur les traces des fans d'Elvis Presley

PORTFOLIO | Clementine Schneidermann sur les traces des fans d’Elvis Presley

2 septembre 2014

Si Elvis Presley est décédé en 1977, le mythe autour du King est encore bien présent aujourd'hui, en 2014. Ses... Lire

Revue Web | 01.09.14

Revue Web | 01.09.14

1 septembre 2014

Une sélection d'articles pour vous ouvrir quelques perspectives, et ce, tous les jours. L'actu du festival Visa pour l'image Le samedi 30... Lire