La petite histoire du Newsgame avec The Pixel Hunt | OAI13 : Culture Photo et société

La petite histoire du Newsgame avec The Pixel Hunt

28 mai 2014 |  by  |  Posts
Cet article fait partie du dossier de la semaine du 26.05.14 : Jouer au photographe

Depuis sa création, le webdocumentaire intéresse beaucoup les photographes. En effet, souvent porté des photojournalistes, le webdocumentaire est apparu, il y a quelques années, comme un nouveau moyen de faire vivre la photographie dans les médias sur internet. Aujourd’hui, le webdoc s’élargit et devient newsgame : un format interactif qui propose à l’utilisateur de comprendre une situation en interagissant dans un jeu.

En 10 ans, on a vu sortir Voyage au bout du charbon, On the ground reporter, Warco et d’autres qui, en nous glissant dans le point de vue du journaliste, nous permettait d’être embarqués au cœur de l’information. Au choix, on pouvait évoluer dans un conflit comme dans un FPS (First Person Shooter, un jeu en vue subjective NDR) équipé de notre caméra, rencontrer des mineurs et leur poser différentes questions, enquêter sur une situation complexe comme un vrai reporter. Aujourd’hui, le newsgame ne se limite plus à une simple vue subjective avec des choix multiples, il se diversifie et se complexifie. Florent Maurin, aka The Pixel Hunt, journaliste et concepteur de interactif, nous raconte la jeune histoire du newsgame.


« Le newsgame est une conséquence de la maturation progressive du jeu vidéo. On s’est rendu compte que ce média a des capacités fantastiques en matière de narration et d’interactivité »

OAI13 : C’est quoi le newsgame ?
The Pixel Hunt : Le newsgame n’est pas un terme auquel je tiens particulièrement, mais il a au moins un mérite, c’est de bien expliquer ce qu’il est : un jeu qui informe. La plupart des jeux que les gens connaissent ont pour but de divertir, comme Mario, Tetris ou Angry Birds. Le but du newsgame lui, c’est avant tout d’informer. Il peut porter un contenu documentaire, journalistique, institutionnel… Il peut même être divertissant, mais sa raison d’être reste l’information.

Comment cette forme d’information a-t-elle émergé ?
Le newsgame est une conséquence de la maturation progressive du jeu vidéo. On s’est rendu compte que ce média a des capacités fantastiques en matière de narration et d’interactivité. On s’est donc dit qu’on pouvait l’utiliser pour autre chose que son but principal de divertissement, et pourquoi ne pas l’appliquer à la transmission de l’information. Depuis le début des années 2000, cette tendance s’est développée dans plein de domaines et notamment dans le journalisme.

jeu-influenceJeu d’influence

« Le newsgame, c’est comme toutes les disciplines, c’est porté par des créateurs »

Comment on apporte de l’information en faisant jouer quelqu’un ?
En soumettant au joueur un problème qu’il va essayer de résoudre en cherchant des solutions. Le game designer, qui est soit un journaliste soit à travaillé avec un journaliste, fait en sorte que les solutions du jeu correspondent à des solutions de problèmes dans la réalité. Par exemple, il y a un jeu qui s’appelle Play Spent qui te met dans la peau d’un travailleur pauvre aux Etats-Unis. Le but du jeu c’est de réussir à boucler le mois sans être en faillite. En jouant, tu comprends vite que si tu veux arriver à la fin du mois, il faut arrêter de vivre : arrêter de sortir, ne pas donner de l’argent de poche à tes enfants, il faut arrêter de souscrire à des assurances de santé. Devenir bon à ce jeu-là, c’est ne plus avoir de vie et donc comprendre la situation des travailleurs pauvres aux Etats-Unis.

Quels sont les différents types de newsgames ?
Il y a des jeux très simples, un peu débiles, où on joue François Hollande sur son scooter et il va falloir éviter les paparazzis pour rejoindre Julie Gayet. Il y en a beaucoup de ce type-là et on appelle ça les tabloïds games. Et il y a des jeux beaucoup plus gros comme FortMcMoney où là on est carrément dans l’ordre du documentaire interactif. Les budgets s’élèvent à plusieurs centaines de milliers d’euros. S’il n’y avait pas eu le nom de David Dufresne pour lever des fonds et motiver les troupes, le projet n’aurait certainement jamais abouti. Le newsgame, c’est comme toutes les disciplines, c’est porté par des créateurs. Evidemment, entre ces deux extrêmes, il existe une multitude de jeu dont le budget se situe entre 30 et 60 000 euros.

Quel est l’intérêt du newsgame ?
L’intérêt, c’est de construire un discours journalistique autrement. Plutôt que de se baser sur un discours avec une intro, un développement et une conclusion, on part plutôt sur une discussion. On va permettre à l’utilisateur de manipuler le système qu’on lui représente. Le newsgame crée une représentation de la réalité (évidemment, celle-ci est simplifiée, mais tout travail journalistique passe par une forme de simplification), mais au lieu de raconter une histoire sous forme linéaire, il construit un système avec différents acteurs et des liens qui les unissent où les opposent. A partir de là, l’utilisateur peut interagir avec le système et lui poser des questions. Cette forme de transmission est basée sur l’interactivité et non sur le discours. Ce mode narratif est complètement nouveau.


voyage-charbonVoyage au bout du charbon


Bien entendu, je ne dis pas que l’interactivité vaut mieux que la narration linéaire. Mais pour des situations complexes, le newsgame peut être beaucoup plus adapté qu’un simple discours unilatéral. Par exemple, le jeu Budget Hero permet à l’utilisateur de manipuler les chiffres du budget américain et des modèles économiques prédictifs mis en place par des macroéconomistes. Dans ce jeu, tu peux choisir de jouer des cartes, qui sont des mesures proposées par les démocrates, les républicains, le Tea Party ou d’autres groupes politiques, pour réduire ou augmenter certains postes du budget. Le but du jeu est donc de rétablir l’équilibre du budget américain. Sur ce sujet précis, un article qui résume les politiques économiques de chaque partis, exposent les chiffres du budget actuel et explique les conséquences économiques des décisions possibles à 2, 5 ou 10 ans, c’est forcément un livre incompréhensible tant le sujet est technique et complexe. Alors que sous forme de jeu, la problématique abordée est accessible à tout le monde.


« Il faut faire attention, le newsgame ne se suffit pas à lui même. Il n’est qu’un outil parmi tant d’autres dans la trousse du journaliste »

Il existe des détracteurs du newsgame…
Souvent, ce qui pose problème, c’est qu’on utilise la fiction pour raconter le réel et effectivement, ce n’est pas habituel dans le journalisme. A mon sens, par la fiction on peut faire comprendre beaucoup de choses de la réalité de la société aussi efficacement voire plus qu’en se basant sur les faits stricts. Cela dit, je peux tout à fait comprendre la méfiance par rapport à cet aspect.

Peut-on tout traiter avec le newsgame ?
Il faut faire attention, le newsgame ne se suffit pas à lui-même. Il n’est qu’un outil parmi tant d’autres dans la trousse du journaliste. Pour moi, ça n’aurait aucun sens de faire un site d’information uniquement en newsgame. L’actu chaude, par exemple, n’a aucun intérêt à être traitée par le newsgame : ça donne des jeux assez nul développés en une demi-journée. En revanche, il apporte de très bons éclairages sur des problématiques complexes. J’ai notamment travaillé sur le newsgame Jeu d’influence qui analyse la communication de crise. Ce jeu est totalement d’actualité avec les évènements de ces derniers jours, mais traite une question complexe et large à partir d’une fiction.

Est-ce que le newsgame porte ses fruits en matière de statistiques ?
Oui. Jeu d’Infleunce, par exemple, en un petit mois, a fait 55 000 visiteurs uniques, 80 000 parties. Et surtout, l’utilisateur passe en moyenne 24 mn sur le site ! C’est énorme : 10 fois plus que sur n’importe quel site d’infos et 3 fois plus que sur un webdocumentaire. Donc oui, je pense que clairement, le newsgame est une forme d’information qui fonctionne.

Cet article fait partie du dossier de la semaine du 26.05.14 : Jouer au photographe
Molly Benn, Rédactrice en chef

Molly Benn a co-fondé OAI13 en septembre 2013. Elle est rédactrice en chef du webmagazine. Sur twitter : @MollyLyy

Revue Web | 19.09.14

Revue Web | 19.09.14

19 septembre 2014

Une sélection d'articles pour vous ouvrir quelques perspectives, et ce, tous les jours. Le festival Photoville à Brooklyn Le festival Photoville de... Lire

Pourquoi suis-je photographe #08 | Swen Renault

Pourquoi suis-je photographe #08 | Swen Renault

19 septembre 2014

© Swen Renault | La Rumeur | 2013 | Texte issu d'une conversation avec Swen Renault Après mon "baccalauréat art", j'ai été... Lire

Et si la Chine était la nouvelle terre d'immigration des Occidentaux ?

Et si la Chine était la nouvelle terre d’immigration des Occidentaux ?

19 septembre 2014

On peut se demander comment représenter l'immigration en partant de faits réels, mais aussi en... créant des fictions. C'est ce... Lire