La street photography et ses prolongements en 4 images | Magazine photo sur Internet : Our age is thirteen

La street photography et ses prolongements en 4 images

31 octobre 2013 |  by  |  Feature, Posts

La street photography connaît son âge d’or dans les années 50 à New-York. Avec l’apparition de ce qu’on a appelé la photographie plasticienne dans les années 80, elle aurait pu être délaissée : pourtant, certains photographes ont su s’en inspirer et l’adapter à leur pratique. Démonstration en quatre images.

William Klein, Street Photography

William Klein, Harlem, 1955

Pour William Klein, l’atelier de l’artiste, c’est la rue. Cartier-Bresson dansait, sautillait, ajustait ses petits pas pour des compositions parfaitement construites ; Klein est affamé de photographie. Ses prises de vues semblent emportées dans un tourbillon frénétique. Il s’approche de≠ ses sujets à outrance, masque parfois ses images par un premier plan soudainement apparu. Il s’empare du mouvement et de l’énergie de la rue, et affiche sa connivence avec les habitants : sourires, regards directs, le photographe ne cherche pas à se faire oublier, il est l’un des leurs. Qu’il soit à New York, Rome ou Tokyo, chaque métropole devient sa ville. Une esthétique puissante et pleine de liberté.

Bruce Gilden, Street Photography

Bruce Gilden, NYC 1984

Bruce Gilden porte lui aussi son attention sur les personnes plutôt que sur les lieux. Tenant son flash à bout de bras, il capture, avec leur accord ou la conscience claire de sa présence, des instantanés des passants new-yorkais. Mais le regard du photographe est souvent grinçant. Et les attitudes ainsi figées créent des portraits sans concession, parfois si forts que l’on pourrait croire qu’il s’agit de célébrités. Comme les pochettes des albums de Miles Davis ou Sly Stone des années funk, cette photographie semble déployer une fresque de personnages qui évoque le métissage social de la ville.

Philip Lorca di Corcia, Street Photography

Philip-Lorca diCorcia, New-York 1997

Extraite de la série des Streetworks (1993-97), cette image illustre bien l’oscillation entre la photographie documentaire et la photographie plasticienne. Alors que Philip-Lorca diCorcia avait commencé par des photographies de rue mises en scène d’une façon très cinématographique, il parvient à obtenir des rendus similaires sans passer par la mise en scène. Il dispose soigneusement autour de la scène à photographier une série de flashes fixés aux lampadaires ou sur les façades des immeubles, et reliés à l’appareil photo par un radio transmetteur. Il parvient ainsi à saisir le réel avec un effet d’étrangeté qui induit toute une narration.

Jeff Wall

Jeff Wall, Mimic, 1982

Bien connu pour son art de la mise en scène et ses références à la peinture classique, Jeff Wall entretient un lien fort avec la street photography. Travaillant en décor naturel, avec des acteurs non-professionnels, il peut ainsi recréer les conditions de ce qu’il appelle « le presque-documentaire ». La scène, perçue comme réaliste, prend pour pivot le geste du personnage qui bride son œil. Sur ce « micro-geste » (l’expression est de Jeff Wall) saisi à la volée se noue une tension communautaire qui ouvre tout un champ d’interprétations possibles.

Si les deux premières  photographies font bien apparaître que la street photography constitue à la fois une pratique et une esthétique, caractérisée notamment par des premiers plans très proches, des flous de bougé et des cadrages obliques, les deux suivantes nous montrent que c’est surtout dans sa matière (les inconnus de la rue, la solitude des individus et les tensions urbaines) qu’elle perdure dans la photographie contemporaine.

Bruno Dubreuil, chroniqueur

Bruno Dubreuil enseigne la photographie au centre Verdier (Paris Xe) depuis 2000. Il exerce sa pédagogie auprès des publics les plus divers : collèges, entreprises, hôpitaux, publics en réinsertion, en reliant la photographie aux autres arts et à l'histoire des idées. Il est aussi co-programmateur et commissaire d'exposition à la galerie Immix, espace consacré à la photographie contemporaine. Eveiller, transmettre, questionner : Bruno Dubreuil est un passeur. Sur twitter : @brunodubreuil2

Semaine du 16.04.14 : OAI13 à New York

Semaine du 16.04.14 : OAI13 à New York

16 avril 2014

New York fait rêver (presque) tout le monde. Pour toute personne qui s'intéresse à la photographie, New York fait figure... Lire

Y a-t-il encore quelque chose à photographier à New York ?

Y a-t-il encore quelque chose à photographier à New York ?

16 avril 2014

Cet article fait partie du dossier de la semaine du 16.04.14 : OAI13 à New York Alors que New York est... Lire

QUESTION | Faut-il travailler ses photographies en série? (partie 2/2)

QUESTION | Faut-il travailler ses photographies en série? (partie 2/2)

16 avril 2014

Suite de Faut-il travailler ses photographies en série? (partie 1/2) On assiste aujourd'hui à un phénomène amusant : puisque le travail... Lire